Samedi 23 novembre

Il s'est passé un truc incroyable lors de cette séance, et vous allez avoir du mal à y croire... Il n'y a pas eu de table Warhammer Battle, si si je vous jure sur la tête du El Presidente !
Il s'avère aussi que nous ne fûmes pas très nombreux ce samedi, beaucoup d'entre-nous ont préféré rester bien au chaud chez soi ou débuter la course aux achats de Noël, et oui déjà, c'est dans un mois ! Donc n'oublier pas votre liste de figurines... à peindre ;)

Bon, parlons un peu des activités de ce samedi. Nous sommes dans la phase finale de la démo Saga Samouraï, du coup le scénario a été joué lors de cette séance. Autre jeu qu'on avait pas vu depuis un certain temps est Tannhauser; les américains et les allemands sont ressortis de leur boîte.

Voici la table de jeu pour la démo Saga Samouraï. Pas mal, non ! Nous avons un monastère sur les hauteurs tandis que dans la plaine un Torii (porte des esprits japonais) et les maisons de fermiers.
La bataille tourne autour du Torii, le but étant de contrôler le monument sacré. Les démons arrivent les premiers et vont tenir durablement la position.

Charge généralisée des samouraïs qui partent à l'assaut de la colline sur laquelle se trouve le monument.
Combat final pour la possession du Torii. Les démons sont repoussés, leur chef est tué et les samouraïs mettent quelques orteils juste à temps sur la colline pour gagner la bataille.

A Tannhauser, les marines ont été largués sur une base secrète du Reich dans les confins de la Scandinavie.
Alors qu'ils doivent absolument récupérer un objet aux mains des allemands, ceux-ci ont caché la clé permettant d'ouvrir la salle dans laquelle se trouve l'objet.
Malgré les fumigènes pour couvrir leur avancé dans les sombres couloirs, les américains font face aux pouvoirs psychiques des allemands. Comme dans tout film bien américain, le premier hors de combat fut le black du groupe.
En éliminant le commandant allemand et en récupérant la clé sur le corps encore chaud de celui-ci, les marines pensaient obtenir leur sésame pour quitter la sinistre base ennemie. Mais ce fut sans compter sur la fourberie allemande, ce n'était pas la bonne clé, c'est un simple soldat qui la détenait. Comprenant leur erreur, les marines tentèrent de récupérer la bonne clé sans réussite, tombant les uns après les autres sous les coups des soldats du Reich.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire