Samedi 24 juin - C'est le Chaos

Bonjour, ce week-end comme nous étions encore peu nombreux, les 4 joueurs ont fait une seule partie sur Warhammer Battle. Lassé de toujours jouer les mêmes armées, vous verrez au travers des photos que les figurines ne représentent pas ce qu’elles sont. Ainsi nous avons eu des Elfes déguisés en skavens, des démons de Slaanesh prenant l’apparence de morts-vivants, des démons de Tzeentch usés de magie pour se grimer en nippon et une tripoté de cavaliers du chaos aux couleurs des chevaliers bretonniens.
Nous avons tenté de jouer  un scénario. L’objectif était pour l’attaquant de détruire des piliers (de la mort qui tuent je suppose parce qu’on ne savait pas trop pourquoi il fallait des casser) et le défenseur de les protéger. J’ai bien dit tenté, car dans warhammer on oublie souvent que le côté tactique est quasi nul, on se rentre dedans et on voit ce que ça fait. Et là nous étions rapidement limité par quelque chose. Vous allez voir ce que c’est.

Donc après avoir déterminé aux dés qui joue dans quel camp, normalement tous les chaotiques contre ses foutus d’elfes, mais y en a un qui aurait fait la gueule…, on place le terrain et les forces de Tzeentch et Slaanesh se concertent pour attaquer. De l’autre côté ? Bah, rien, Archaon est présent et il ne va pas se rabaisser à discuter avec les tapettes elfiques, non plus ! Il préfère lancer des blagues vaseuses à son escorte.

Les attaquants se déplacent en premier, les magiciens de Tzeentch sont à l’œuvre et lancent les premiers sorts. Rien. J’ai dit ils lancent les premiers sorts. Rien. ‘tain ce sont des sorciers de Tzeentch ou de Khorne ses incapables ? Y a pourtant un Duc du Changement, c’est censé être le meilleur des meilleurs des meilleurs seigneurs maîtres sorciers de l’univers de warhammer, et il nous fait quoi, une merde digne de Merlin dans Kaamelott. Il a oublié sa dent de furet le piaf ?!!! En tout cas ça fait beaucoup rire les adversaires, qui eux ne se privent pas de lancer sorts et tous projectiles qui leur passent sous la main pour attendrir les démonettes de Slaanesh, le Duc du changement et les horreurs roses.
Bon quitte à passer pour des idiots en moins de 5 minutes, autant en profiter pour aller poutrer l’adversaire déstabiliser par ses propres gloussements (oui je fais beaucoup de référence à la série Kaamelott mais c’est tellement ça !). Les démons chargent tout ce qui bouge au début du second tour de jeu, piétons, cavaliers, eeet non, pas la baliste elfique puisqu’elle n’a pas bougé d’un pouce de pied !

Les cavaliers maraudeurs légers fuient face à la fureur du démon majeur de Tzeentch, ah ah ah les pleutres ! mais celui-ci se retrouve empêcher de les poursuivre par d’autres cavaliers maraudeurs mieux amurées. Les Tzaangors suivent leur maître au corps à corps. Les horreurs roses avec un changelin à leur tête vont titiller Archaon et sa bande. De l’autre côté, le Gardien des Secrets régarde les démonettes de Slaanesh qui ignorent les épéistes de Hoeth pour attaquer les gardes maritimes et les bêtes de Slaanesh lançant un assaut sur la garde phoenix. Pendant ce temps les hurleurs et le héraut de Tzeentch sur char font pleuvoir le feu du chaos sur la baliste et les épéistes elfiques.
Grosse baston, comme dab ! Le seul intérêt est le duel entre le changelin et Archaon. Le premier prend la forme du champion du chaos. Celui-ci bien que activant son épée énergétique est perturbé de se retrouver contre lui-même et fait seulement une touche à son adversaire. C’est ça monture qui ne se démonte pas et écrase sous ses sabots l’imposteur tel un pied de nez au champion. Fou de rage de s’être fait fauché sous le pied sa victoire, il tourne déjà ses pensées sur sa prochaine proie.

Et c’est le Duc du Changement. Au prise avec les maraudeurs le démon va se prendre une charge des cavaliers d’Archaon dans son flanc, ceux-ci ayant avant pris plaisir à faire fuir les horreurs roses. Cependant ils vont rester sur leur fin car leur champion veut la gloire pour lui seul et défi son adversaire. Cette fois-ci pas le temps au canasson de réitérer son fait d’arme. Archaon, plus vénère que jamais active de nouveau sa lame énergétique, puissance max, et tranche abondamment dans les chairs du piaf magique qui avait déjà pris quelques coups. La victoire est cette fois incontestable, Archaon, glousse de joie par son rire sardonique… Bon bah c’est bon Archaon ! N’en fait pas trop non plus ça en devient ridicule !

Pendant ce temps, entre les démons de Slaanesh et les elfes, c’est plutôt le statut co, comme depuis des siècles d’ailleurs. Mais le Gardien des Secrets a le secret pour se faufiler subrepticement le long de la table de jeu pour passer derrière les combats et aller chercher les piliers à casser.
Malheureusement, il n’en aura jamais le temps car à peine avons-nous terminé le second tour de jeu qu’il est déjà l’heure de ranger. Et oui, c’est le temps qui a limité notre partie finalement, mais sans entrer dans les conjectures, Archaon s’accorde tout de même la victoire. Il ne prendrait pas un peu le melon lui ?

Samedi prochain dernière séance de la saison !

Samedi 17 juin

Peu de monde en ce samedi ensoleillé estival, les quelques joueurs présent se sont contenté d'une partie d'escarmouche sur Mordheim histoire de faire le moins d'effort possible pour résister à la chaleur. De fait, je laisse la parole à David qui nous fait un résumé de l'après-midi. 

Mordheim ou comment détruire un concept bien sympa !

Bonjour, aujourd’hui pas grand monde au club alors on fait de l’escarmouche…

Mordheim petit jeu qui pourrait être sympa si on aurait pu éviter tous les petits défauts suivants.

En tout premier lieu la règle est quasi la même que celle de warhammer battle avec un panel de plein de petit rajout et c’est là que ça se corse, ami de l’île de beauté, bonjour! Car contrairement à cette île, le bouquin de règle est MOCHE, on passe du temps à chercher les règles, il est mal conçu avec des vas-et-vients permanent dans ce livre au fur et à mesure que la bataille se déroule (ce qui nous intéresse réellement).

Loïc abandonne d’entrée de jeu, impossible de remettre la main sur les nains, car trop petits, c’est donc les Hauts-Elfes et les Skavens qui vont en découdre.

Tout d’abord admirer la beauté de la table

Mais méfiez-vous car celle-ci se retournera contre les (un) joueurs !

Bon quel scénario choisir, bah au final ce n’est pas grave, puisque la pauvreté des scénarios est consternante. Comment gagner ? Il faut que votre adversaire rate son test de commandement et fuir le terrain et c’est pareil pour tous les scénarios ; les objectifs ? Pourquoi s’en occuper un à deux points de XP lâché à la fin de la partie.


1ère partie, la chasse au trésor :

Dans cette magnifique ville se trouve un trésor et il faut le trouver, puis taper l’adversaire jusqu’à ce qu’un des protagonistes fuit. Pour trouver le trésor il faut rentrer dans une maison et espérer faire 12 sur un jet de 2D6 et si il n’a pas été trouvé il est caché dans la dernière maison, bon bah là manifestement les scénaristes ont définitivement quitter le navire en laissant cette énorme trou dans la règle.
Pourquoi ? Eh bien les elfes voyant la suprématie numérique des Skavens, il laisse ces derniers fouiller l’ensemble du terrain, ce qui leur pris 1 tour et demi et étonnement ne trouvèrent pas le terrain, sa tombe bien la dernière maison est juste à côté des Elfes qui prirent leur juste récompense après un dur labeur.
Victoire des elfes, non, ça serait sans compter sur la mesquinerie des Skavens et la non fonctionnalité des décors. Rentrant par une fenêtre et sortant par n’importe quelle autre fenêtre sans prendre en compte la distance du bâtiment.
Eh paf les elfes se font charger !
Le cœur du jeu, la bataille ! Ou comment ruiner ce jeu avec son Gameplay.
Bien donc les Skavens ont chargé donc ils attaquent en premier ! Ça donne une furieuse envie au roi de la lenteur, les squelettes de se retourner contre leur créateur, ces rapides Vampires afin de se libérer de leur joug puisque ils ont toute leur chance.
Bon bah les résultats sont sans appel puisque au bout d’une touche le héros meurt et si par miracle il ne s’est pas fait sortir, il peut se relever pour combattre au round suivant, mais sera obliger de taper en dernier puisqu’il vient de se relever…
La vie est une chienne !
Le constat est sans appel les Skavens gagnent… puisqu'ils ont chargé !


Fin de la bataille les Skavens ramassent le butin et monte en XP s'ils arrivent à retrouver les pages dans le bouquin de règle.
Pendant ce temps-là, les Elfes vont connaitre leur sort à la fin de cette bataille, pour une fois les jets de dés sont cléments, sauf pour le Mage elfe qui se retrouve en duel dans les arènes de Mordheim.
Comment savoir qui tape en 1er ? Il faut lancer un dé 6 et le plus haut résultat charge. Putain ça sert à quoi de débourser une Blind pour jouer des elfes qui ont la meilleur initiative du jeu si c’est juste pour ignorer cette stat.
Tout est dans le jet de dé pour savoir qui charge, le joueur elfe est surmotivé, il lance le dé avec espoir…
La vie est une p*** !
Bon bah résultat noob vs pgm (bah à quoi vous vous attendez, le gladiateur est sur-boosté et contredit les règles de base du jeu), et l’elfe sort du ring à deux doigt de mourir et est rendu à sa team sans son équipement.
Avant un coup de dé


Après le coup de dé (3 à 5 en faveur du gladiateur qui charge)


2ème scénario
Les elfes (oui car apparemment prendre des fessés, ils aiment ça!) sont de retour. Et cette fois-ci, doivent traverser l’ensemble du terrain pour gagner, et leur adversaire, les perfides skavens doivent les en empêcher en se déployant à 14 pouces… 14 pouces vous avez dit ! Donc si les elfes avance que de 2 pouces ils sont déjà à distance de charge !
Le chef elfe se démonte pas et à un atout dans son sac, le magicien peut lancer un sort qui permet de cacher l’ensemble de son équipe rendant ceux-ci impossible à se faire charger ou se faire tirer dessus.
Motiver les elfes se mettent à courir, le magicien lance son sort… et rate.

Les skavens chargent…


Bon bah c’était bien sympa cet après-midi jeu.
Je sais pas ce qu’il va se passer la semaine prochaine, mais ne parler pas de warhammer au joueur elfe.

Oui l’auteur de ce récit est le joueur elfe !

Merci David pour cette analyse plus qu'objective du jeu et des parties ainsi que des photos pour illustrer les propos. A bientôt.

Samedi 10 juin - Formule Dédé

Bonjour tout le monde,
Samedi nous étions nombreux à nous réunir pour notre journée Formule Dé. 9 joueurs, quasiment tout le monde, c'est pas courant et c'est pas pour rien !

Nous avons prévu de faire une mini compétition entre joueurs sur l'année avec quatre circuits. Il s'agissait ce week-end du deuxième grand prix, après celui de Chine, c'était autour de l'autre grand géant de la planète de nous accueillir pour cette nouvelle course, les États-Unis. Je ne sais pas si les joueurs avaient manger beaucoup de burgers avant le départ, mais sachez que la route sera longue.

Pour cette deuxième course nous accueillons une nouvelle écurie, Ferrari. Effectivement Laurent et Xavier nous ont rejoint pour la compétition. Et comme vous l'aurez compris, nous jouons en équipe, cela peut compenser le manque de quelques joueurs présents. Ainsi après le départ, Aurélie est en deuxième position alors qu'elle n'est pas parmi nous malheureusement. Déjà, un groupe de pilotes semblent prendre rapidement de l'avance sur leurs concurrents.
 Mais les nombreux virages vont changer la donne et mettre à terre tous les pronostics. La Renault de Loïc rattrape le groupe de tête, Julien sombre de plus en plus dans les tréfonds du classement provisoire, Matthieu alors en tête en début de course, est aux prises avec un Laurent accrocheur. Cédric, qui a pris la tête est poursuivit par Raphaël telle une sangsue et pendant ce temps Xavier tente de maitriser son véhicule et David et Siméon font tranquillement leur petit bonhomme de chemin en espérant que cela va se dégager devant.
Il y a beaucoup de coup bas en sortie de virage, nombreux sont ceux obliger de piller car un concurrent vient de se rabattre sur sa trajectoire pour l'empêcher de doubler ! Mais où sont passer les règles de Fairplay ? Je suis sur qu'ils répondraient : c'est pour les faibles ! En tout cas, la course est animée sur le circuit mais aussi dans... les tribunes ? Non, non, là c'est pas blood blowl, c'est formule dé. On se bat uniquement sur la piste ! Donc c'est aussi chaud dans les stands. Effectivement Raphaël tente de repartir aussitôt arrivé dans son stand pour voler la pôle position à Cédric qui lui aussi ravitaille, malheureusement, les techniciens de Toro Rosso avaient dû oublier de prendre leur Red Bull car la voiture de Cédric repasse devant celle de Raphaël toujours aux stand et grillant même la politesse à la Ferrari de Xavier en sortant.
Et les sorties me direz-vous ? Et bien, contrairement au grand prix précédant, il fallut attendre quasiment la fin de la course pour que les premiers bolides pètent. Effectivement comme la course s'est tenue sous une pluie battante, les moteurs chauffaient très peu. Cependant lorsque Julien activa son turbo-boost (moteur totalement illégal ce que je tiens à signaler :)) pour prendre une grosse accélération en ligne droite, c'est les moteurs de David et Xavier qui morflent un max. C'est très rageant pour eux qui avaient effectué les 3/4 du parcours. D'ailleurs, peu de temps après Raphaël, Matthieu et Laurent nous gratifient d'une valse sous l'eau avec un tête à queue puis c'est au tour de Julien de quitter son baquet, laissant sa voiture sur le bord de la route. Finalement, Cédric parvient à remporter la course sans jamais être inquiété dans le second tour tandis que les places suivantes sont acquises férocement jusqu'à la sortie du dernier virage.
C'est ainsi que nous obtenons le classement de cette course épique : Cédric, Loïc, Matthieu, Raphaël, Laurent, Aurélie et Siméon.

Le prochain fin août.

samedi 3 juin

Salut,
Je pourrais vous parler en onomatopée de ce qui s'est passé samedi et si même des paf, bing, pif, poufs et autres crac ou aïe seraient appropriées, je m'exprimera plutôt par un cri de guerre bien connu pour exprimer toute la férocité ressentit autour de notre unique table de jeu : Bastoooooooooooooon!

Vu que nous n'étions pas nombreux en ce jour de juin, 4 joueurs, et à l'approche de l'anniversaire du Débarquement de Normandie, nous avions décidé de jouer un peu tactique sur warhammer. Ainsi la première chose est que cela n'a aucun rapport avec le Débarquement de Normandie, la deuxième fut que pour une fois nous allions jouer un scénario ayant pour objectif qu'un camp parvienne à faire sortir un maximum d'unités alors que son armée est prise en sandwich par surprise sur une jolie route de campagne.
Est-ce qu'on peut associé le sandwich au débarquement en Normandie à cause de troupes en grandes parties anglaises ayant foulée le sable français ? Non, la digression va trop loin ! Revenons à nos moutons à Khorne, parce que la bataille fut assez chaotique. Effectivement une armée nippone et nehekharienne prise entre un côté Tzeenthiste et l'autre côté Khornéenne, c'est comme un burger à double goût, c'est à la choix nippon ni mauvais !
Ce qu'il y a de bon dans cette bataille c'est lorsque le puissant sorcier adepte de Tzeenth adopte les mimiques d'un autre sorcier nehekharien trop bien connu du club et qu'il ouvre un portail warp aspirant lui et la moitié de ses gardes du corps en entendant les éclats de rires non de son dieu tutélaire mais de ses adversaires.
Ce qui est moins bon c'est lorsque les troupes ensevelis nehekhariennes se font la malle à peine arrivée sur la table de jeu, laissant ses congénères et alliés dans la mouise. Et encore, nous avons eu la chance de voir les queues des scorpions des sables, parce que les nécro-serpents étaient tellement snobent qu'ils ont même pas pris la peine de quitter leur boite de rangement pour prendre l'air. A moins que l'air plus froid du vieux monde ne les aient rendu malades. Vous savez, les vieilles ruines, ça s'effritent vite avec l'humidité !
Du coup, seuls les hommes, les vrais, les purs, les durs ont tenu tête aux hordes démoniaques. Seuls les nippons en avaient dans le pantalons ! Quoi je ne suis pas objectif ! Parce que des squelettes se baladant avec rien sur eux, ils en ont dans le pantalon ? Non, donc je suis bien objectif !
Après effectivement dire que ce sont des vrais, des purs et des durs, il y a un... gap comme dirait les anglais, mais qu'est qu'ils foutent là encore ceux-là ! Parce que quand on se prend de face, sur les côtés et voir même de dos des sanguinaires aussi magnifiquement peints qu'on diraient des vrais, c'est sûr qu'on pensent plus à se demander où est la sortie ! Bloquer par les infâmes squelettes rachitiques de surcroit. Et ça se dit des alliés, je vous jure !
Et vlan ! dans le flanc le géant des collines chaotique. Tiens un onomatopée finalement. D'ailleurs je pourrait ajouter, flash et des multiples cracs, car celui-ci ne trouve pas mieux pour finir sa charge que de s'écraser de tout son long sur les figuri... le tas de squelettes. Tiens ça me rappelle quelqu'un avec une bouteille d'eau (surtout pour les anciens du club).
Vous ai-je dis que cette bataille était chaotique ? Ah oui à la photo 2. En réalité, ce fut chaotique pour les alliés en défense. Après que les pauvres ashigarus se fassent rattraper alors qu'ils fuyaient, normal vu la gueule des gars en face, les maraudeurs ont continué sur leur lancer pour chopper les ninjas qui passaient par là. Cherchant à atteindre la forêt, pour se cacher comme des ninjas, leurs opposants ne leur en ont pas laisser le temps. Il semble que les nippons ne soient pas encore assez discret dans ce domaine. C'est vrai, s'habiller tout de noir dans la campagne et bouger en groupe, ça passe difficilement inaperçu !
Il faut en finir car le résumé est déjà trop long !? Bon d'accord, alors sachez que les samouraïs nippons sont des têtes de turc, bas quoi la Turquie s'est en orient, c'est bien à l'est de l'Europe, non ! Ils refusent de fuir, du coup, les khorneux ont dû les éliminer jusqu'au dernier homme. Pendant ce temps, le géant faisait mumuse avec le tas d'os constitué en mikado et c'est les khorneux, impatient qui ont finit par faire le ménage comme un chien dans un jeu de quilles ! Voilà, victoire du chaos (je vous l'avais dit, image 2, ah ah!) en deux tours. Ouais ça a pas trainer ! Le scénario était intéressant, c'est normal c'est moi qui l'avait fait. Plus sérieusement, il est à revoir car sans la règle enfouissement des mort-vivants, il aurait été très difficile de faire sortir des unités en défense. Je pense qu'il faudrait que l'attaquant ait moins de points d'armée que le défenseur.

Week-end prochain, tous autour de formule dé !

Ah oui, j'ai faillit oublié, mais faillit seulement alors Aurélie pas taper sur la tête, ouille ! Toutes les photos ont été prises par Aurélie, donc merci beaucoup à elle. Comme ça nous avons pu tranquillement nous taper dessus tout l'après-midi sans s’interrompre pour prendre des photos.