Samedi 28 janvier

Bonjour,
Ce samedi, au vu du nombre de présent, seulement 4 d'entre-nous ont pu venir, nous nous sommes contentés d'une partie sur Bolt Action. En plus comme nous n'avions qu'une seule armée, nous avons supposé qu'une rébellion dans les rangs de la Wehrmacht avait eu lieu.

Pour ceux qui ne connaissent pas Bolt Action, il s'agit d'un jeu basé sur la Seconde Guerre Mondiale, d'où la présence des troupes allemandes, Wehrmacht étant le nom de l'armée allemande à ne pas confondre avec les forces nazis, ce qui n'est pas la même chose.
Mais passons sur ces considérations car le but de cette partie n'est pas de faire un cours de géo-politique historique mais de tester cette règle pour les 3 néophytes présent autour de la table.

 Donc après avoir répartie les figurines allemandes de Matthieu en deux camps, et fait de même entre nous, le scénario consistait pour l'équipe Matthieu et Cédric de s'infiltrer dans ce petit village pittoresque à la lande magnifique par un beau matin et de déloger les sécessionnistes retrancher dans des tranchées à l'autre bout du village. Pour l'équipe de David et Loïc, l'objectif était de stopper les sécessionnistes et de les empêcher de prendre l'un des points important de leur tranchée. Oui vous avez bien lu, chaque camp croit que l'autre est sécessionniste. Comme il a souvent été dit, c'est le vainqueur qui écrit l'histoire donc on verra en fin de partie qui est le vrai sécessionniste.
 Suite à une infiltration digne des ninjas, les troupes de Matthieu et Cédric se retrouvent face à une ligne défensive solide qu'ils commencent à pilloner avec leur char et mitrailler avec les véhicules légers. Il ne faut pas s'étonner que David et Loïc prennent les véhicules adverses pour cible. Ils se feront dézinguer, l'artillerie anti-char ayant été efficace en début de partie. Pour le char, c'est un panzerfaust qui bien placer à l'arrière du char fera sauter celui-ci, après qu'une des compagnies en défense sorte de leur trou à rat pour prendre position derrière les fougères. Ils intimideront l'ennemi à coup de "tirez pas, je suis qu'une fougère qui passe". Et bien ça marchera qu'à moitié. L'escouade ennemie qui collait à l'arrière train du char effectue un assaut sur leur position et seules 2, 3 figurines de la coalision Loïc - David s'en sortent péniblement.
De l'autre côté, la progression de la seconde escouade sous les ordres direct du commandement allemand progresse sans trop rencontrer de résistance. Le véhicule blindé et les murets protégeant pas mal les fantassins.
Ils effectueront un premier assaut sur la position qui échouera à cause des jets de dés de Cédric qui a retrouver toute sa malchance habituelle et qui permettra même un instant une rébellion au sein des fantassins qui tireront sur leur officier tyrannique qui les envoie à la mort. C'est d'ailleurs comme cela que les deux subalternes du commandement y laisseront leur peau. Un second assaut verra enfin la victoire des assaillants, mais c'est le commandant qui prend position dans la tranchée laissant ses troupes se faire pilonner devant les tranchés. Je vous le disais bien que c'était un tyran se commandant !
Donc finalement victoire des assaillants, le commandant Matthieu aurait affirmé que l'essentiel c'est la victoire et pas comment on l'obtient ! Et que les sécessionnistes n'ont eu que ce qu'ils méritent !

Semaine prochaine, malheureusement pas de séance pour cause de vacances scolaires. retour seulement le 25 février.


Samedi 21 janvier

Bonjour,
Samedi dernier nous avons de nouveau été plus nombreux que la moyenne et ça c'est cool ! surtout que les joueurs des horizons lointains du Nord de la France nous ont fait le plaisir de tous venir en même temps. Je parle de Brice, Laurent et Xavier.
Cela a été l'occasion de faire 3 tables de jeux assez diversifiées : Dead Man'Hands, jeu de western, Saga version Games of Throne à 4 joueurs et Warhammer Battle.

Malheureusement le transfert des données sur la journée n'est pas encore complet. Je n'aurai pas les photos de la partie sur Games of Throne avant le week-end prochain donc je ferai un sujet spéciale dessus à ce moment-là. Et s'est Xavier qui fera le résumé, je peux vous assurer que cela vaut le détour quand il raconte une histoire. Donc rdv dimanche ou lundi prochain dans la partie Saga pour une passionnante histoire entre Lannister et Stark.
En attendant voici deux autres histoires.

La première table de jeu propose l'éternelle conflit entre deux peuples d'une même race éternelle, ayant pour sujet une rancœur éternelle. Bon, il y a tellement d'éternelle dans cette phrase que vous aurez compris que je parle des Hauts elfes et des Elfes noirs. ceux-ci se livrent une nouvelle bataille pour savoir qui a raison. Les deux forces se font face dans une belle ligne délimitant un no man's land entre les deux armées. Ce no man's land va quasiment rester vierge pendant la majorité de la bataille.
Le dragon des Hauts Elfes rugit de terreur lorsqu'un groupe d'ennemi vient souillés de leurs petits petons ce no man's land, et les dévorent tout cru histoire que bien faire comprendre qu'il ne faut pas sortir du rang.
Mais bon, ayant trouvé son jouet fétiche, le char elfe noir, le Dragon quitte le centre de la bataille pour aller faire mumuse dans son coin de table, laissant les elfes s'entredéchirer. Enfin, s'entredéchirer, c'est un bien grand mot, parce que comme vous pouvez le voir sur la photo, ils ne sont pas pressé les gars. On a l'impression qu'ils reviennent de 3 semaines de vacances en Provence. Faut pas aller trop vite, sinon le pastis va faire tourner la tête !
Finalement, ce fut tellement lent qu'on ne connait même pas le résultat, de toute façon, connaissant les oreilles pointus, chacun aurait assuré mordicus qu'il avait gagné contre son adversaire.


Pour cette deuxième histoire, je laisse la parole à Laurent, qui a participé au scénario avec Brice :

Petit compte rendu de la partie Western de samedi sur le scénario "sortez moi d'là!".
Les desperados ont monté une expédition pour délivrer leur chef, l'ancien Sergent rebs Jerry "le rouge" (surnom dû autant à la couleur rougeâtre de sa peau sujette à de nombreux coups de soleil, qu'au sang qu'il a sur les mains) qui a été blessé et pris lors d'un récent braquage de banque. 4 membres du gang profitent de l'absence du shérif pour agir. Ils suppriment rapidement le shérif adjoint, et prennent la fuite avec Jerry qui traîne la patte...

Les coups de feu ont malheureusement pour eux attiré l'attention des détectives de l'agence Pinkerton qui sont en ville pour une toute autre raison... Mais l'occasion faisant le larron, il y a peut-être quelques primes à se mettre dans la poche au passage!
Le chasseur de primes et chanteur à ses heures perdues, Gérard Le Normand (un aristocrate français ruiné de vieille souche), entraîne à sa suite ses 2 inspecteurs et d'un rapide coup d’œil, les déploie pour couper la retraite des brigands.



Un desperado sort seul pour couvrir la retraite de ses compagnons. Il n'a pas le temps de se servir de son shotgun qu'il se fait cribler de plomb et tombe raide. Pendant ce temps, les autres filent avec leur patron en contournant la potence (qui lui était destinée!).
Un inspecteur armé d'un shotgun, planqué derrière la diligence, tente de les arrêter. Mais les desperados foncent dans le tas.
L'avancé rapide des bandits force les détectives à sortir à découvert pour aider leur camarade en danger.



De nombreux coups de feu sont échangés. Le premier à tomber est le détective au shotgun.
Les desperados, sous le feu nourrit des détectives, répliquent malgré leurs blessures. Jerry "le rouge" tombe, tué d'une balle dans le citron tirée par Gérard Le Normand. Ce dernier n'aura pas le temps de toucher la prime car il est abattu à son tour.


Ensuite, le dernier détective, grièvement blessé par Bernardo le mexicain sourd muet, s'effondre, laissant la voie libre vers la liberté... Ou la mort pour 2 des bandits bien amochés...
Jerry "le Rouge" n'est plus, les malandrins vont devoir se trouver un nouveau chef...