Samedi 22 février

Deux parties, deux batailles, deux règles, deux enjeux différents. Voici le résumé de ce samedi.

La première partie est un affrontement entre le Clan de la Grue et le Clan du Lion pour notre campagne Saga Samouraï. Les Grues ont attaqué en force en utilisant son point gratuit supplémentaire dans son armée.
Le scénario imposait d'éliminer le Daïmyo ennemi pour remporter la bataille, du coup les chefs de guerre restaient bien auprès de leurs samouraïs.

Au final, le duel entre les Daïmyos eut bien lieu. Le Daïmyo de la Grue, maître dans cet exercice, en sortie vainqueur donnant la victoire à son camp.
La deuxième bataille est une opposition entre deux factions humaines dans le monde de Warhammer : les Bretonniens contre l'Empire, ou l'opposition de deux époques le Moyen Age contre la Renaissance.
Cette photo caractérise bien la différence de niveau technologique entre les deux factions. Après avoir exploser à coup de canon une unité entière de chevaliers, le tank à vapeur de l'Empire traverse les lignes adverses avant de percuter les levées d'archers bretonnien.
Baston au centre. Malgré la colonne d'attaque de chevaliers Bretonniens soutenu par des chevaliers Pégases, les forces bretonniennes n'arrivent pas à entamer le pavée de Joueurs d'Epées. Victoire de l'Empire.



Samedi 15 février

Cette séance devait marquer le début officiel de notre campagne Saga Samouraï par un affrontement entre le clan du Phoenix et le clan du Crabe, mais ceci n'eut pas lieu. Tel un scénario de Kaamelott, il s'avère que les forces du Crabe ne sont jamais venu sur le champ de bataille, le Daïmyo aurait roupillé toute la journée. Certains bruits répercutant même une intoxication alimentaire dans l'armée du crabe, les hommes passant plus de temps derrière les fougères qu'à tenir la ligne. Les Karadoc et Perceval nippons pourraient ne pas être étranger à tout ceci.
Du coup nous avons loupé une belle bataille.
Les samouraïs attendent désespéramment le Daïmyo Crabe qui tenta la veille une cuisine exotique: la Shukulute. Bilan, ça lui est resté sur l'estomac mais pas évité une déroute honteuse !
Nous nous sommes donc consolé par une bataille sur Warhammer où les bretonniens firent une nouvelle apparition mais cette fois-ci contre une armée Roi des Tombes. Ouais encore des mort-vivants ! Mais ceux là ils sont plus sec, ils ont été lavé avec Mîr-Haine dans les sables brulant du désert, donc ils sont plus propre, sans mucus baveux et autre affaires pouilleuses et sanguinolentes.
Dirigé par Sarkotep I° Roi du Fiasco, les Khemris envoyèrent du lourd, du très très lourd : Chars, Nécroserpents, Ushabtis, Nécrosphinx, Sphinx de guerre... Heu, elle est où la troupaille de base là, les hordes de squelettes à n'en plus finir ! Les chevaliers pégases ne les cherchèrent même pas et s'attaquèrent direct au Nécrosphinx. Un long combat débuta, un très très très long combat.
Pour faire face à ses créatures, le Seigneur Perdragon prévoya quelques atouts sous les sabots de son cheval. Il forma une horde d'une soixantaine d'archers et une dizaine de cavaliers légers pour soutenir les flancs de sa chevalerie.
Alors que les tirs des archers et des cavaliers, avec l'aide d'un anneaux magique porté par le Seigneur envoyant quelques boules de feu, réduisirent de moitié l'unité de char squelettes, les chevaliers restés en font de cours firent un recul avant de se lancer à l'assaut des Morts-vivants. Oui, les bretonniens venaient d'inventer le cheval à friction ! Les chevaliers du Graaaaal emboutirent les chars par devant et la cavalerie bretonnienne par l'arrière. Après un constat entre le Seigneur Bretonnien et le Prince des Tongs, l'épée de la justice favorisa le Bretonnien (faut dire qu'entouré des gratins du Graal, il avait des arguments de poids).
Ce ne fut pas la même histoire avec les Ushabtis, soutenu par des Wolfens géants si nos yeux ne nous trompent pas. Yep yep yep là, on avait dit Roi des Tombes, pas Comtes Vampires, non mais ! Ah, ils sont cousins germains, ça leur arrivent de se prêter leurs familiers. C'est permi ça ? Bon, bref, les Chevaliers du Graal se sont ruinés la santé sur ces ruines ambulantes. Il ne restait plus que le Seigneur Bretonnien. Heureusement que les chevaliers pégases sont venu en renfort. Ils sont toujours là ceux-là ! Bah oui, ils ont juste mis 5 tours pour finir le Nécrosphinx et encore ils ont été aidé par Sarkotep qui a superbement disparu une fois de plus dans les limbes du néant (pour ne pas dire en lambeau, restons classe, il l'était déjà !) en nous lâchant une effluve pestilentielle mais magique digne de son surnom de Roi des Fiascos. La partie se finit après 6 ou 7 tours de jeu, le seigneur Bretonnien et des 2 chevaliers pégases regardant droit dans les yeux le Sphinx de guerre et les 2 nécroserpents restant.
Après ce deuxième test, un bilan s'impose : les gars, cachés vos sorciers quand les bretonniens arrivent, parce qu'ils explosent tous lorsqu'ils sont trop près de ses foutus chevaliers.
3 fiascos chez l'adversaire en 2 parties, ses bretonniens sont irrésistibles comme en ce moment avec notre président et les femmes. Il n'y a pas d'explication pour les deux cas, nous pouvons juste dire : fermez-là, c'est magique !

Samedi 8 février

Bonjour, pour cette séance où il était prévu d'être très très mais très très peu nombreux, un des joueurs (en l’occurrence, moi, votre scribe préféré) profita pour tester l'armée bretonnienne sur Warhammer Battle. Bien sûr il fallut pour ce test un cobaye, Loïc s'y colla et vint avec son armée de Comte Vampire. Vous l'aurez compris, quand je disais très peu nombreux, c'est à dire 2 joueurs. Bon pas tout à fait puisque Matthieu nous a rejoint pour 3 heures avec l'intention de peindre des skavens, oui c'est sales vermines pullulantes qui, après cette séance, sont rester sombres comme leurs égouts.

Bon, revenons à nos moutons des pâturages bretonniens. Donc petite bataille en 2000 points contre les Comtes Vampires. Là déjà, je dis aïe, armée invaincue en campagne grâce à son fameux carré magique de 60 squelettes ou zombies selon l'humeur de Loïc dirigé par le Comte Vampire himself, son porteur de la grande bannière et son nécro perso, en cas de grosse chute de tension ! Bref, à quel sauce méphitique (si si ce mot existe) mes bretonniens vont être mangés.

Petite photo obligatoire du champ de bataille:
Bon alors, je déploie mes troupes comme ceci : un flanc gauche avec 6 sergents à cheval et 4 Chevaliers Pégases (qui au passage, sont une vraie plaie pour former l'unité car les figurines dépassent de partout du socle, un casse-tête pour les mettre les unes à côté des autres), au centre un sandwich 4 couches avec une unité de chevaliers avec le Seigneur, une horde d'archers avec pieux défensifs, une unité de chevaliers avec la prophétesse (la magicienne de l'armée), une horde d'archers avec pieux défensifs, puis 6 sergents à cheval pour couvrir le flanc droit.
En face, le carré magique soutenu sur sa gauche par une unité de goule avec armes empoisonnées et le carrosse fantomatique du Comte, à l'arrière une charrette macabre qui va donner un sacré bonus à l'armée et deux unités d'éthérées qui protège les flancs.
Ce sont les éthérées qui ouvrent les hostilités en traversant les sergents montés qui leur glace le sang. Quand on dit "Repose en paix" généralement c'est pour que les morts nous foutent la paix. Il semblerait qu'eux ne l'entendent pas de cette oreille, Comment ?
Les volées de flèches des archers bretonniens font quelques morts (si je peux m'exprimer ainsi puisqu'un squelette c'est déjà un mort ambulant) qui sont rapidement remis sur pied par le nécro et le Comte Vampire. A noté quand même que les deux gugusses nous ont quand même gratifié chacun d'un pet atomiquement magnifique... je veux dire magique, le summum venant de notre Vampire adoré qui a failli y laisser sa vie en plus de ses niveaux de magie.
Hilarant sur le coup, cependant, le breton (toujours mii) rigola moins lorsque les mort-vivants mirent le turbo en traversant le champ de bataille en un tour. Eh ouais, les papis, ils en ont dans le moteur ! Je sais pas à quoi ils carburent mais en tout cas les Rois des Tombes devraient en prendre de la graine; parce qu'un squelette qui avance normalement de 4 pouces et qui en fait quasiment 24 en une seule fois, je ne sais pas ce qu'il prend mais en tout cas c'est de la bonne. Le truc pénible dans tout ça c'est que ça bousille la stratégie bretonnienne qui était d'attendre l'adversaire au moins deux tour en faisant de l'attrition chez l'ennemi puis de charger avec la cavalerie lourde.
Bon quitte à avoir un plan foutu, utilisons le jusqu'au bout, débile me direz-vous. Peut-être pas ! J'envoie les chevaliers attaquer le carré magique et l'unité de goule. Ils ne s'en sortent pas trop mal, je perd uniquement des chevaliers à cause de la magie ennemie, sinon ils encaissent bien les coups avec une armure à 2+ et le p'tit bonus magique qui me permettent de relancer les 1 ratés (toute une histoire, moi et les huns !) Qu'est-ce que je recherche à faire, vous vous demander sûrement ? A tenir la ligne bien sûr, le temps de ramener mes chevaliers pégases pour leur tomber sur le dos ennemi et à ma cavalerie légère de choper la carriole restée à l'arrière qui donne le ...tain de bonus de "frapper en premier" aux squelettes et aux goules. OUI, CHER LECTEURS, DES SQUELETTES ET DES GOULES QUI FRAPPENT AVANT TOUT LE MONDE, MAIS OU VA LE MONDE ? Y a des persos du jeu Zombicide qui en sont mort pour moins que ça !
La suite ? C'est l'histoire d'un mauvais tour, le troisième pour être précis. Les bretonniens firent trois petits tours et puis s’en vont. Les Chevaliers se sont d'un seul coup retrouvé à poil sans la magie de l'andouille de prophétesse qui ne réussi même pas à lancer un sort. Pour dire, le joueur vampire n'eut même pas besoin de lancer un seul dé de dissipation, il devait bien rire intérieurement. Donc Attila et ses huns sont passés par là et seul le Seigneur s'en sorti avec 1 PV après avoir subit une dizaine d'attaque contre lui grâce à un invulnérable à 6+, oui ça m'arrive aussi de faire des jets de dés miraculeux, ce que les dés te donnes, les dés te les reprends (merci à Sheldon Cooper pour ce moment de philosophie en pleine partie de jeu de figurines). Au passage, les éthérées sont retournés voir leurs cadavres grâce à l'épée magique de mon seigneur, petite victoire perso.
Donc mon seigneur fuit, l'autre unité avec la prophétesse fuit aussi, les mort-vivants tombent sur les hordes d'archers, là je me dis c'est bon avec les pieux ils vont tenir et comme mes pégases arrivent je vais te prendre tout ça en hamburger (oui, sandwich, je l'ai déjà dit plus haut alors j'évite les répétitions). Ah, ah, ah, bah non, tiens ils détallent comme des lapins parce qu'en face ils ont des têtes de déterrés de 3 pieds de long. Ca valait vraiment le coup que je forme ses deux unités pour tenir la position, je te jure.
J'espérais au moins que l'arrivée trop tardive des pégases dans le dos ennemi et la charge de la cavalerie légère sur la charrette macabre allait au moins ébranler un peu l'armée adverse. Même pas, journée vraiment pourrie. Les chevaliers pégases se font hachés menu-menu par l'arrière-train du carré de squelettes avec l'aide du Comte et de sa clic perso, et les sergents entament à peine la carriole toute branlante. Je comprends qu'il est temps d'arrêter les frais, c'est inutile de continuer. Les bretonniens sont décimés, l'armée du Comte n'a perdu quand à lui que ces éthérées.

Je finis par me demander comment l'Empire arrive encore à survivre à une telle force vampire qui ne possède que des avantages. Même si, j'ai fait effectivement quelques erreurs, j'avais pourtant utiliser tout le panel possible avec un max d'attaques enflammées pour annuler les régénérations, les attaques magiques pour supprimer les éthérées et envoyer la cavalerie légère pour attaquer par derrière, tout ça sans réussite. Fallait-il des chevaliers du Graal à la place des archers ? Je ne sais pas.
Au moins cela a permis de voir certains problèmes avec cette armée bretonnienne. Merci aux saletés de vampires de s'être prêté au jeu... J'ai dit saletés, c'est une erreur, je voulais dire aimables vampires.

Samedi 1 février - Campagne Saga Samouraï

Ce week-end nous avons débuté la campagne Saga Samouraï par une bataille entre 4 factions, les clans du Crabe, de la Grue, du Lion et du Phoenix. Nous avons utilisé le scénario Un festin pour les corbeaux du livre de règle Saga de Studio Tomahawk.

Les 4 clans sont partie chacun d'un coin de table pour se diriger vers leurs adversaires.
La bataille a rapidement tournée à une confrontation entre le Crabe et la Grue d'un côté avec une victoire pour ce dernier.

Et une confrontation entre le Phoenix et le Lion. Même si de ce côté de la table cela a été moins sanglant, les Phoenix prirent un avantage. Au résultat de la bataille, le clan Phoenix a été déclaré vainqueur pour 1/2 point devant la Grue.
La campagne est lancée, le 5° larron sera la Licorne dès que ces guerriers auront retrouvé leurs chevaux. En attendant vous pourrez suivre la campagne dans notre section Saga du blog.